19.6 C
Paris
mardi, octobre 4, 2022

Ces fraudes qui risquent d’être détectées au printemps 2022

Après les fraudes au fonds de solidarité et au chômage partiel, les agents de Bercy s’intéressent à de nouveaux types d’escroqueries.

Jusqu’à présent, les projecteurs étaient braqués sur les fraudes au fonds de solidarité et au chômage partiel, deux dispositifs clés de soutien à la crise en voie d’extinction. Ils devraient progressivement se tourner sur les escroqueries aux prêts garantis par l’État (PGE). Les agents de Bercy – et en particulier les équipes de Tracfin, le service de renseignement financier du ministère de l’Économie – risquent en effet de faire face à de nouveaux cas de détournements de ces prêts avantageux, mis en place en pleine pandémie pour soutenir les entreprises face à des problèmes de trésorerie.

À ce stade, Tracfin a transmis aux autorités compétentes (administration ou autorité judiciaire) six dossiers de détournement de ces prêts, dont un en 2020 puis cinq au premier trimestre de cette année. Cette progression confirme «que ce type de fraude pourra continuer d’être identifié et traité tout au long de la période de remboursement des échéances, soit dans les six ans suivant l’octroi du prêt»,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous