12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

5 questions sur un «remake» très attendu

Horaire, états de forme, rivalité, force en présence … Toutes les informations avant le choc entre la Belgique et la France en demi-finale de la Ligue des Nations.

Où suivre Belgique-France ?
Les Bleus ont débarqué mercredi en Italie sous le soleil de Turin, théâtre de leur rendez-vous tant attendu face à la Belgique (20h45, TF1 et sur notre site du Figaro.fr), en souvenir de leur demi-finale de Coupe du monde 2018, remportée par la France après un but d’Umtiti (1-0). Contexte Covid oblige, les deux nations ne joueront pas dans un Juventus Stadium plein, en raison d’une capacité réduite de 50 % dans une enceinte qui peut accueillir habituellement 41.000 spectateurs. En jeu, une place en finale de la Ligue des Nations, qui aura lieu dimanche à Milan face à l’Espagne, victorieuse de l’Italie mercredi.

Dans quel état se retrouvent les deux nations ?
En convalescence après leur échec de l’Euro. Éliminés en 8e de finale par la Suisse et en quart par l’Italie l’été dernier, Français et Belges nourrissent de grandes ambitions sur cette séquence d’octobre et ce Final Four de la Ligue des Nations. Paul Pogba contre Kevin De Bruyne, Karim Benzema contre Romelu Lukaku, Kylian Mbappé contre Eden Hazard… Les oppositions de style existent à tous les postes, malgré des absences de marque: Thomas Meunier et Thorgan Hazard côté belge, N’Golo Kanté côté français. La sélection victorieuse jeudi soir à Turin retrouvera un peu plus de confiance en écartant un adversaire de prestige. Pour les battus, ce sera tout le contraire avec des prochaines semaines qui risquent d’être particulièrement longues.

Les Belges sont-ils revanchards après la Coupe du monde ?
Trois ans se sont écoulés et les Diables Rouges gardent forcément un souvenir amer de leur défaite en demi-finale du mondial russe. Ce soir-là, Thibaut Courtois n’avait pas caché sa déception en taclant notamment le style de jeu des Bleus, avant de revenir sur ses propos prononcés sous le coup de la déception. Si les deux groupes de joueurs se connaissent à la perfection en se côtoyant en club ou en championnat, la rivalité entre la France et la Belgique reste bien réelle. Attention risque d’étincelles sur la pelouse du Juventus Stadium.

Quelle équipe Didier Deschamps devrait-il aligner ?
Si l’on en croit l’ultime mise en place effectuée mercredi en fin d’après-midi sur la pelouse de la Juventus Stadium, l’équipe de France devrait se présenter en 3-4-3 face aux Belges. Les nouveautés pourraient concerner les titularisations de Théo Hernandez couloir gauche et de Jules Koundé au poste d’axial droit. Dans son désir de trouver la meilleure formule après l’échec de l’Euro, « DD » devrait repartir avec une défense à trois (Koundé, Varane, L. Hernandez), deux pistons sur les côtés (Pavard à droite, T. Hernandez à gauche), un milieu de terrain classique en l’absence de Kanté, blessé (Pogba-Rabiot) et un trio d’attaque très attendu (Griezmann, Mbappé, Benzema).

Pourquoi Turin est la « 2e maison » du sélectionneur des Bleus ?
En débarquant sous le soleil et la douceur de Turin mercredi midi avec l’équipe de France, « DD » s’est replongé dans les plus belles années de joueur. Avec gourmandise et délectation. Et ça ne rajeunira personne puisque le retour en arrière renvoie au siècle dernier, plus précisément de 1994 à 1999, soit cinq années à jamais dans la mémoire de « Didier l’Italien » et de nombreux supporters turinois qui gardent l’ancien milieu de terrain dans leur cœur après son passage de joueur et d’entraîneur (2006-2007). « Il est arrivé comme un quasi-inconnu pour repartir d’ici comme une légende, plante Massimo Franchi, journaliste à Tuttosport, quotidien sportif basé dans le Piémont. Les Turinois adorent l’image qu’il a laissée ici, celle d’un milieu sur qui on peut compter, qui ne lâche jamais rien, un grand capitaine et un meneur d’hommes. C’est un gagnant inné et ici une phrase demeure : « Gagner n’est pas important, c’est la seule chose qui compte », elle colle à la perfection à Deschamps. »