12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

5 choses à savoir sur Gavi «le Magnifique», la nouvelle pépite du football espagnol

DÉCRYPTAGE – Étincelant avec l’Espagne contre l’Italie, le jeune milieu de terrain s’est révélé aux yeux du grand public. Le Figaro vous en apprend davantage sur le grand espoir barcelonnais.

Mercredi soir, c’était Gavi «le Magnifique». Comme Gatsby dans le roman de Francis Scott Key Fitzgerald, le milieu de terrain espagnol a ébloui tout le monde – acteurs, spectateurs, téléspectateurs – avec sa performance étincelante face à la Squadra Azzura (1-2), lors de la première demi-finale de la Ligue des nations. Avant la finale de la compétition entre la Roja et les Bleus, Le Figaro vous en apprend davantage sur le jeune Barcelonais, appelé à briller de mille feux dans les prochaines années.

Un pur produit de la Masia

S’il s’est révélé ces dernières semaines avec l’équipe première du FC Barcelone, Gavi est connu depuis plusieurs années en Catalogne. Né à Los Palacios y Villafranca, en Andalousie, il découvre le football durant son enfance et intègre l’un des meilleurs clubs de la région : le Real Betis Balompié, plus connu sous le nom du Betis Séville. Talentueux, il attire l’attention des Blaugrana qu’il rejoint en 2015, à l’âge de 10 ans. Il y fait toutes ses classes. Mais le milieu de terrain n’est pas simplement doué. C’est un surdoué. En 2020-2021, alors seulement âgé de 16 ans, il est incorporé aux U19 de la formation catalane. En février 2021, il fait même sa première apparition avec l’équipe réserve du FC Barcelone. Précoce.

À VOIR AUSSI – Luis Enrique : «Gavi est le futur et le présent de l’équipe»

L’un des plus jeunes joueurs de l’histoire du FC Barcelone à évoluer en Liga

Le talent n’attend pas. Gavi poursuit son apprentissage, plus vite que prévu. En juillet 2021, à l’aube de la nouvelle saison, il est intégré à l’équipe première du FC Barcelone. Ses qualités sont remarquées par Ronald Koeman…qui n’hésite pas à lui offrir sa première expérience chez les professionnels dès la fin du mois d’août. En remplaçant Sergi Roberto à la 74e minute dans la victoire barcelonaise contre Getafe (2-1), lors de la 3e journée du championnat espagnol, Gavi devient à 17 ans et 24 jours le quatrième plus jeune joueur de l’histoire du FC Barcelone à découvrir la Liga. Il n’est devancé que par Bojan Krkic (17 ans et 19 jours), Ansu Fati (16 ans et 298 jours) et Martinez Alama (16 ans et 280 jours).

Plus jeune international espagnol

Contre toute attente, après seulement six matches professionnels à son actif – quatre en Liga, deux en Ligue des champions -, Gavi est appelé par Luis Enrique pour représenter la Roja en Ligue des nations. La confiance que lui accorde le sélectionneur espagnol est immense puisqu’il décide de l’aligner d’entrée contre l’Italie, en demi-finale de la compétition, malgré son inexpérience des joutes internationales. En foulant la pelouse de San Siro mercredi dernier, le Barcelonais est entré un petit peu plus dans l’histoire. À 17 ans et 62 jours, il est devenu le plus jeune international espagnol. Impressionnant.

À VOIR AUSSI – L’Espagne avant l’entraînement avant la finale de la Ligue des nations contre la France

Révélé auprès du grand public contre l’Italie

Le pari de Luis Enrique s’est avéré payant. L’Espagne a écarté l’Italie (1-2) et s’est qualifiée pour la finale. Surtout, Gavi a été étincelant. Son volume de jeu, son impact physique, sa justesse technique et son adaptation éclair au très niveau international ont séduit tout le monde. À commencer par son propre sélectionneur : «Il a été très bon. C’est anormal de voir un joueur aussi jeune avec cette personnalité et ce football. Mais on le connaissait, on connaissait son caractère, ses qualités physiques, son style de jeu… Nous avons pu constater qu’il n’est pas l’avenir de la sélection, mais son présent», a confié l’ex-technicien du FC Barcelone après la rencontre. Même ses adversaires du soir ont été conquis. «Gavi est déjà un grand joueur à 17 ans», a reconnu Roberto Mancini, le sélectionneur de la Squadra Azzura. Le Lyonnais Emerson Palmieri, qui l’a vu à l’œuvre de très près, a également loué ses qualités : «Il m’a impressionné. Il a un potentiel énorme», a-t-il admis au micro de la Rai. En une performance, Gavi a mis tout le monde d’accord.

Un admirateur de Marco Verratti

Ce mercredi, le Barcelonais a découvert le niveau international. Mais ce n’était pas son seul motif de satisfaction. La confrontation contre l’Italie lui a permis de rencontrer son idole, Marco Verratti, qu’il n’a pas lâché d’une seule semelle, conformément aux indications tactiques de son sélectionneur : «Je l’avais déjà vu à l’œuvre dans les catégories inférieures, je savais ce qu’il allait nous apporter. Il nous donne du courage, de la personnalité, c’est une merveille physique… Il était au marquage sur son idole, Marco Verratti, et il a été formidable», s’extasiait Luis Enrique, complètement sous le charme de Gavi le «Magnifique».