12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

Lille en quête d’un second souffle

Champion de France, le LOSC, opposé Salzbourg en Ligue des Champions, relève la tête après un début de saison raté.

Un exploit digne de David contre Goliath. En mai dernier, le LOSC devenait champion de France et renversait le Paris Saint-Germain et sa pléiade de stars. Héros du titre, Christophe Galtier décidait de plier bagage et rallie Nice lors du mercato. Pour lui succéder, la direction mise sur Jocelyn Gourvennec, sans poste depuis son retour mitigé à Guingamp en 2019. Une tâche ardue que de prendre la succession qui s’est matérialisée par un début de saison en dents de scie. Mais après une entame manquée, les Dogues semblent avoir retrouvé du mordant.

Retard à l’allumage

Après avoir arraché le nul en supériorité numérique à Metz, dans le cadre de la première journée de Ligue 1, les Lillois ont coulé à domicile, face à l’OGC Nice, d’un certain Christophe Galtier (0-4). Une désillusion face à leur ancien coach et devant leur public, qui a illustré les manques de l’équipe en août. Un lancement poussif, puisqu’il faudra attendre la quatrième journée de championnat pour voir les protégés de Jocelyn Gourvennec obtenir leur premier succès face à Montpellier (2-1). Une bouffée d’oxygène – temporaire – puisque les Dogues s’inclinent dans la foulée à Lorient, mais surtout à Lens (1-0). Une défaite dans le Derby du Nord, une première depuis 2006 pour les Lillois, qui a placé le coach dans une position extrêmement inconfortable. Mais les Dogues sont parvenus à l’emporter (2-1) contre Reims et ont enfin enchaîné avec un second succès plein de maîtrise à Strasbourg (1-2). Une victoire qui apaise les Lillois, et qui octroie de la confiance au groupe et à l’entraîneur. «C’est un début de série, il faut continuer et surtout ne pas se relâcher» confiait Gourvennec après la rencontre. Une embellie récente, qui permet aux Dogues de remonter à la 9e place de Ligue 1, à trois points du podium.

Jocelyn Gourvennec, dans l’ombre de Christophe Galtier

Prendre la relève de Christophe Galtier, n’était pas chose aisée. Respecté par ses joueurs, adulé par les supporters, Christophe Galtier a marqué de son empreinte son passage au club. Pour ne pas tout bouleverser, Gourvennec s’inscrit dans une politique de continuité. Le 4-4-2 de son prédécesseur est renouvelé, afin d’apporter une certaine stabilité à ses joueurs. Pour autant, la greffe ne prend pas directement, et les critiques s’abattent sur le coach, sifflé face à Reims.

Malgré des premiers pas décevants, Jocelyn Gourvennec s’accroche à son poste, et espère surfer sur la bonne dynamique actuelle. En manque de réussite dans le dernier geste, les résultats des Lillois ne reflètent pas toujours le contenu proposé par les champions de France. Relancés au classement, les Dogues doivent entamer une série afin d’être à la hauteur des objectifs fixés par le club, à savoir, se qualifier en Coupe d’Europe.

Créer la surprise en Ligue des champions

Malgré des débuts plus que poussifs en championnat, Lille a montré un visage nettement plus séduisant lors de la première journée de Ligue des champions face à Wolfsburg. Au stade Pierre Mauroy, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont dominé les Allemands dans les tous les compartiments du jeu, mais ont manqué de justesse dans le dernier geste (0-0). Une partie à sens unique, symbolisée par les 16 tentatives lilloises, sans succès. Une frustration évidente. Avec Wolfsburg, Salzbourg et Séville, les Dogues ne sont pas favoris mais peuvent tirer leur épingle du jeu dans un groupe G ouvert. Face à Salzbourg ce mercredi, les Lillois devront se méfier l’avant-centre allemand Karim Adeyemi, pépite de la galaxie Red Bull. A 19 ans, il totalise 7 buts en 9 matches de championnat et a inscrit son son premier match avec la «Mannschaft», début septembre face à l’Arménie. Un certain Erling Haaland avait profité du tremplin de Salzbourg avant de faire naître les convoitises des plus grands clubs européens.