15.1 C
Paris
dimanche, octobre 2, 2022

Les assureurs priés par Bruxelles de réévaluer le risque climat

La Commission propose une batterie de mesures pour renforcer un secteur très exposé.

Catastrophes naturelles, pandémie… Face aux menaces qui augmentent, Bruxelles veut renforcer les règles de gestion des risques et d’exigences de fonds propres des compagnies d’assurances. Objectif: muscler leur résistance et donc améliorer la protection des assurés. Mais aussi inciter le secteur à participer à la relance économique, que Bruxelles veut verte.

Mise en place en 2016 après la crise des subprimes, la révision du cadre prudentiel, Solvabilité II, est attendue par le secteur, qui y voit l’opportunité d’en corriger les défauts. Face aux inquiétudes exprimées ces derniers mois, le ton se veut conciliant. «Nous n’allons pas réinventer la roue. L’objectif est de renforcer la capacité de réaction du secteur», justifie un haut fonctionnaire européen.

La proposition aidera le secteur de l’assurance à se renforcer et à jouer pleinement son rôle dans l’économie de l’UE

Mairead McGuinness, commissaire européenne chargée des Services financiers

Une proposition phare est d’ajuster les exigences de fonds propres des assureurs. De quoi dégager, une fois les nouvelles règles en vigueur en 2024, assure la Commission, jusqu’à 90 milliards d’euros à court terme. Des fonds que Bruxelles

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 66% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous