12.6 C
Paris
mardi, septembre 27, 2022

«Je fais des choix sportifs»

Le sélectionneur des Bleus s’est expliqué face aux médias sur ses choix et notamment l’absence de deux cadres que sont Olivier Giroud et Steve Mandanda.

Absence de Mandanda et Giroud
« Je fais des choix sportifs, la vie de groupe c’est une chose et il y a d’autres paramètres. Steve est un habitué de l’équipe de France mais par rapport à la situation actuelle (n°2 à l’OM), j’ai pris cette décision. (Sur Giroud) Je ne vais pas vous expliquer plus que je ne l’ai fait (au dernier stage). Je fais des choix sportifs par rapport à des joueurs qui sont là et qui ont donné satisfaction au dernier rassemblement. Je reste sur cette position et ce choix aujourd’hui. »

La présence des frères Hernandez
« Lucas est capable de jouer aux deux postes en défense (dans l’axe et à gauche), il est polyvalent et ça me permet d’avoir plusieurs options. Théo, je l’ai malencontreusement oublié au dernier rassemblement. Il mérite qu’on parle de lui, il n’est ni défenseur, ni attaquant donc je l’ai mis dans la ligne des milieux. (deux frères en sélection) Je ne l’ai pas vécu, le dernier qui l’a fait c’était les frères Revelli dans les années 1970, ça commence à dater et les 20/30 ans ne doivent pas s’en rappeler. Ils ont ce lien familial et quand ils seront concernés je n’aurais pas à traiter avec deux frères mais deux joueurs. »

La non-convocation de Camavinga
« Eduardo sort d’une période difficile et compliquée pour lui. Il a fait un premier match titulaire à Madrid, il est sur la bonne voie en termes de potentiel et ce qu’il avait fait avec nous. A lui de continuer sur cette lancée. Il est concerné aussi par les Espoirs qui ont deux matches très importants à jouer au prochain stage. »

Le changement de club de Griezmann
« Avec nous, il est souvent très performant, avec les buts qu’il marque ou fait marquer. Ce n’est jamais évident de revenir dans son ancien club. Son but à Milan va lui donner le sourire, il est heureux de retourner à Madrid mais il doit s’habituer à un autre contexte, d’autres partenaires, un autre coach et une pression immense, ça ne se fait pas en claquant des doigts. Mais connaissant Antoine, je n’ai pas de crainte. »

Kanté absent en raison du Covid
« Il y a des délais qui sont incompressibles. Il faut compter 10 jours, c’était trop juste, entre le temps de la reprise, des matches… Connaissant bien « NG », je préfère qu’il soit là mais si c’est être là sans être à 100%… C’est mieux qu’il utilise cette période pour retrouver la fraîcheur physique pour recommencer à faire ce qu’il a fait depuis de longues années. »

Koundé et son avenir au poste de latéral droit
« Il a la capacité à jouer arrière latéral, je sais que ce n’est pas son poste de prédilection, c’est un défenseur central. Je reste convaincu qu’il a tout le potentiel pour être au niveau international et malgré son transfert avorté en septembre, les matches qu’il réalise avec Séville vont dans ce sens-là. »

La progression de Mattéo Guendouzi avec l’OM
« Je ne vais pas lier à Mattéo à son entraîneur (Jorge Sampaoli), c’est surtout qu’il est plus épanoui et se sent plus important. Il est agressif, a du volume de jeu, une qualité technique importante. Il amène de la vie, de la fraîcheur, c’est important, même si par moments j’ai privilégié des joueurs qui avaient un certain statut dans le groupe, même si j’ai toujours fait en sorte d’amener cette fraîcheur, c’est important de lier tout cela avec des performances. »

Ses retrouvailles avec Turin
« Je vais prendre dix minutes pour répondre à cette question (sourire). Ça me fait plaisir de revenir (France-Belgique aura lieu à Turin) et je vais revoir des personnes que je connais bien. Je considère la Juve comme ma deuxième maison. Mon aventure en tant que coach a duré une année, une belle année (il a fait monter le club de Serie B en Serie A). Quand j’ai pris cette décision (de partir), ça me semblait être la meilleure et avec le recul, ce n’était pas le meilleur des choix (sourire). Les dirigeants ont pensé des choses sur moi, que Deschamps pouvait partir sur un claquement de doigts, mais avec plus d’expérience, j’aurais pu agir différemment, mais à cet âge-là, j’étais plus jeune et plus impulsif. »

Après la déconvenue de l’Euro, le final four de la Ligue des Nations
« Chacun aura ses propres termes, je vais vous mettre la définition et on peut plus parler de contre-performance que de déconvenue (agacé). Si vous voulez continuer à parler du passé … Ce sera une belle demi-finale, face à l’une des meilleures équipes d’Europe, il y a une place en jeu pour être en finale face à l’Espagne ou l’Italie. On est des compétiteurs et on veut aller chercher ce titre. On va tout faire pour atteindre cet objectif. »

Son avis sur le projet de la coupe du monde tous les deux ans
« La patate chaude (il souffle) … Allez, pour être le plus honnête possible, mon premier sentiment, de par ma vie de joueur, le fait de pouvoir passer à une Coupe du monde tous les deux ans, ça me donne le sentiment de la banaliser. Après, si la majorité des intérêts est là, ça passera ou ça pourra passer. Je n’ai pas tous les tenants et aboutissants. Je ne veux pas faire l’ancien combattant, mais la Coupe du monde c’est tous les 4 ans… Après si les intérêts sont communs, on y arrivera. Mais je pense qu’à cette période-là (si le projet est adopté), je ne serais plus concerné (sourire). »